Instant culture, un jour, un événement (92)

Le 3 juillet 1940, dans le port militaire de Mers el-Kébir, en Algérie, la flotte britannique attaque la marine française, attaque étonnante puisque la France comme l’Angleterre n’étaient pas en guerre l’une contre l’autre, mais l’une avec l’autre, contre l’Allemagne et l’Italie.
Cependant, lors de l’armistice du 22 juin 1940 (dont nous avions parlé ici), l’article 8 de cet armistice prévoyait que la marine française devait rester neutre, ne pas attaquer ni les allemands ni leurs alliés italiens et ne pas les aider contre leurs ennemis.
Mais les dirigeants du Royaume-Uni, seul pays de la région désormais face à l’Allemagne et à l’Italie, craignent que le gouvernement français ne décide d’utiliser ses navires pour aider les allemands et les italiens à combattre la flotte britannique.

Avant d’attaquer, le commandant de la flotte britannique envoie un ultimatum au commandant de la flotte française, lui demandant soit de rejoindre la flotte britannique pour combattre les allemands et les italiens, soit d’éloigner les navires français pour être certain qu’ils ne s’attaquent pas aux navires anglais, soit de se saborder (c’est-à-dire de faire exprès de couler leurs propres bateaux). Le commandant français ne donnant pas de réponse dans les 6 heures accordées, la flotte britannique attaque.
Il y aura presque 1 300 morts chez les marins français.
C’est un coup dur pour le Général de Gaulle, qui espère depuis le 18 juin que le plus possible de français résistent contre l’occupation allemande car les allemands se serviront de ce drame pour leur propagande, afin que les français se révoltent contre les britanniques.

This entry was posted in Classe de CM1/CM2 and tagged , . Bookmark the permalink.